Pourquoi choisir Le Mans pour faire ses études ?

This content has been archived. It may no longer be relevant

Située entre Paris et Rennes d’est en ouest et entre Caen et Tours du nord au sud, Le Mans n’a pourtant rien à envier à ces grandes villes universitaires. Une offre de formation variée, un cadre de vie agréable et une gare très bien desservie font du Mans une ville qui accueille plus de 13000 étudiants chaque année, dans plus de 450 formations d’enseignement supérieur. 

Le Mans n’est peut-être pas la première ville à laquelle on pense quand on s’imagine étudiant et pourtant elle propose de nombreuses formations dans un nombre impressionnant de domaines. Outre les filières plus ou moins classiques à l’université – Lettres, Langues, Histoire, Maths, Physique, Chimie, etc. –, les classes préparatoires et les BTS dans les lycées ou les écoles d’infirmières, de commerce et de communication, sans oublier les formations proposées par la CCI, la ville du Mans offre des spécialités parfois uniques en France.

Une université à taille humaine

Fondée entre 1965 et 1977, l’université du Mans est composée de trois facultés, de deux IUT et d’une école d’ingénieurs, l’ENSIM. De par son fort ancrage dans les laboratoires de recherche universitaires, l’ENSIM est une école d’ingénieurs publique, associée au réseau Polytech, qui offre des formations de pointe en acoustique, capteurs et instrumentation et informatique, réalisables sous le statut d’étudiant ou d’apprenti. L’université comprend également quinze laboratoires de recherche, dont huit associés au CNRS, et une École Supérieure d’ingénieurs Géomètres et Topographes. L’ESGT est l’une des seules écoles à proposer une véritable compétence pluridisciplinaire en sciences, techniques, droit et aménagement au niveau master. La spécialité géomètre et topographe du Cnam est l’un des trois diplômes d’ingénieurs agréés par l’Ordre des Géomètres-Experts pour accéder à cette profession.

La ville du Mans offre des spécialités parfois uniques en France.

L’université possède aussi un pôle d’excellence en acoustique avec le Laboratoire d’Acoustique de l’Université du Mans, créé en 1980 par Michel et Anne-Marie Bruneau et reconnu internationalement. Le département d’acoustique, rattaché à l’UFR Sciences, accueille en moyenne 250 étudiants par an repartis dans différentes filières, du post-bac jusqu’au doctorat. La licence acoustique et vibration, qui démarre dès la première année, est unique en France ! « Beaucoup d’étudiants arrivent par la musique mais découvrent les sciences » souligne Catherine Potel, co-directrice du département. « Nous avons une synergie très importante avec l’Itemm, le conservatoire et le service culture de l’université. »  Les portes-ouvertes sur l’ensemble de l’université ont lieu le samedi 10 février. C’est l’occasion parfaite pour les futurs étudiants de visiter le campus et les équipements, de rencontrer les professeurs et des anciens élèves et de – peut-être – trouver leur vocation ! 


Des métiers de la musique au music-hall! 

Sur le campus, l’Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique forme des futurs réparateurs, fabricants et restaurateurs d’instruments de musique. L’Itemm propose une offre de formation de niche qui s’articule autour de quatre familles : la guitare, les instruments à vent, le piano et l’accordéon. Dépendant du ministère de la Culture, c’est la seule école en Europe qui possède toutes ces filières.  Toujours dans le domaine de la musique, l’Institut National des arts du Music-hall forme des artistes pluridisciplinaires – chant, danse, comédie, cirque – depuis bientôt 20 ans (voir encadré page 5). Vous pouvez d’ailleurs retrouver les élèves de l’INM au Cabaret Le Patis et dans les productions de La Flambée tout au long de l’année. 


De la professionnalisation dès le lycée 

Plusieurs lycées professionnels proposent des filières techniques dès la seconde. C’est le cas du lycée St Joseph Lasalle à Pruillé-le-Chétif. Avec une orientation à la fois industrielle et artistique, l’établissement a notamment dans son catalogue un bac STD2A (arts appliqués), le seul bac pro en photographie du grand ouest et un nouveau BTS FED (Fluides Énergies Domotique) depuis la rentrée 2023. Selon leur professeure documentaliste, l’accompagnement et l’encadrement de leurs élèves font la différence ; il y a même une cellule pour les élèves décrocheurs au sein de l’établissement. Quant au lycée Joseph Roussel,
il est spécialisé dans les domaines de la santé, du social, de l’animation et des services. 

Un cadre de vie parfait pour les étudiants

Au-delà de cette offre de formation variée (et non-exhaustive), la ville du Mans propose un environnement adapté à la vie étudiante. L’année dernière, elle était dans le Top 10 des villes où il fait bon vivre. Soulignons tout d’abord le coût des logements, très abordable. Avec le réseau Setram, un étudiant peut facilement se déplacer partout à moindre frais. 

 

La ville du Mans propose un environnement adapté à la vie étudiante. 

La vie culturelle et sportive est aussi très variée, avec une programmation théâtrale riche, notamment grâce à l’Espal et les Quinconces, de nombreux spectacles, concerts et événements sportifs avec le Palais des Congrès, Antarès et le circuit Bugatti. Sans oublier un bassin d’entreprises et d’industries pour les filières en alternance ou en apprentissage.  Pour avoir été étudiante cinq ans à l’université du Mans, je ne peux que recommander la ville et son campus à taille humaine pour y faire ses études. Et si vous avez encore un doute, n’hésitez pas à contacter d’anciens élèves pour connaitre leurs histoires. 

Nouveautés 2024 

Cesacom, école spécialisée dans la communication, ouvrira deux formations niveau bac + 3 et bac + 5 au Mans à la rentrée de septembre 2024, selon nos confrères du Maine Libre. Créée en 2008 et implantée à Paris, Lille et Nantes, Cesacom ouvre deux nouveaux sites à la rentrée, dont celui du Mans, au 130 rue Bourg-Belé. 

Le Mans Université lance son nouveau Diplôme Universitaire en Création et Reprise d’Entreprise dont les cours démarrent le 12 février. Ce programme vise à préparer la prochaine génération d’entrepreneurs à relever les défis changeants du monde des affaires. A noter également, le nouveau parcours acoustique et musique à la rentrée de septembre 2024.

 

3 question à ?

Marion Louveau

Depuis quand l’INM existe et quelle est son histoire ?

L’INM a été fondé en 2005 par Alain Heuzard, également fondateur de La Flambée Productions. Passionné de formation, il a créé au Mans ce qui n’existait pas en France et qui est encore rare aujourd’hui : un centre de formation de music-hall, avec apprentissage et alternance. Depuis sa création, l’INM a formé plus de 200 alternants. Notre histoire est intimement liée à La Flambée, partenaire de l’établissement, puisque nos étudiants s’y produisent régulièrement.


Que proposez-vous comme formations ?

Chaque année, nous avons environ 70 étudiants répartis dans six groupes. Deux groupes de lycéens qui étudient les arts de la scène, un groupe en formation technique de danse, un groupe en préparation pluridisciplinaire et deux groupes d’alternants. Sans compter les stages proposés tout au long de l’année.


Quelles sont les spécificités de l’INM ?

Au-delà de notre pluridisciplinarité, nous prônons la singularité de l’artiste, l’anti-formatage. Ce qui nous différencie aussi, c’est le rapport au public, nos élèves sont confrontés aux spectateurs, nous faisons tomber le 4e mur. Ils sont invités à transgresser, à être en décalage. Notre mot d’ordre est « divertir et avertir ». Nous avons 100 % d’insertion professionnelle un peu partout en France et dans différents domaines.


Si vous êtes intéressé, les portes-ouvertes de l’INM ont lieu samedi 17 février. www.institut-national-musichall.com


météo

loader-image
ciel dégagé 25°
Vous souhaitez que TéléZappingmag traitre
un sujet en particulier, faites-le nous savoir !